(réseaux sociaux)

26, rue de Reims

51370 Les Mesneux, France

TÉL : 03 26 36 25 25

contact@champagne-jacquinet-dumez.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

© 2023 par Julien & Marion. Consultez les mentions légales.

Notre histoire

Le Champagne Jacquinet-Dumez ancre ses prémices en 1935 à Sacy, village Premier Cru, où Henri Dumez planta du Pinot Noir. Il cultive 3 hectares de vignes installe son pressoir et sa cave. La toute première cuvée du Champagne Henri Dumez voit le jour. Un champagne 100 % Pinot Noir est décliné en dosage Brut, Demi-sec, Sec et Extra-brut. Au volant de sa camionnette, Henri part livrer ses précieuses bouteilles à Paris.

Henri et Paulette Dumez ont trois filles : Claudine, l’aînée de 1938, suivie d’Annick et d’Anne-Marie. Claudine se voit contrainte en tant qu'ainée de reprendre l’exploitation, immergée très jeune au coeur des rangs de vignes, le métier ne lui est pas inconnu. Dès ses seize ans, elle contribue aux travaux de la Maison parentale.

En 1964, Claudine et Jean-Guy s’installent à quelques kilomètres de Sacy, aux Mesneux.

 

Ils bâtissent une Maison et une cave. Jean-Guy, voyant toujours plus grand, aurait aimé avoir son propre pressoir, mais le quotidien est déjà bien rempli : il démarre sa carrière en tant que coopérateur, et s’applique à faire grandir l’exploitation en plantant une majeure partie du vignoble.

 

Il se dédie, avec son épouse, tout au commerce du Champagne Jacquinet-Dumez et à leurs 4 enfants, Jean-Pascal, Olivier, Antoine et Karine.

Olivier naît en 1961, deuxième garçon de la famille. A ses 18 ans, son instinct le pousse à changer le cours de sa vie : « C’est décidé, je vais faire les vignes. » annonce-t-il à son père au téléphone. « La vigne à Lahaye » vigne de 50 ares lui est alors allouée en vue de sa première déclaration de récolte.

En 1984, sûr de ne pas vouloir rejoindre la Coopérative, le jeune vigneron entreprend de remettre en fonctionnement le pressoir de son grand-père. Inactif depuis une génération, le pressoir est emmené chez le menuisier et effectue son grand retour à la vendange 1984 sous le regard fier et bienveillant des grands-parents. De cette première récolte pluvieuse et ardue, 2 000 bouteilles voient le jour.

En 1985, Olivier fait la rencontre d’une jeune rémoise, Aline. Elle étudie la comptabilité à l’IUT de Reims. Rapidement, ils forment un couple fort, uni par une séduction perpétuelle. Ils s’installent à Villedommange. Aline soutient son alter égo tout en travaillant dans une imprimerie locale.

88, 89, 90, 91, 92… les années qui suivent sont d’excellents millésimes : l’instinct d’Olivier se confirme, son indépendance est réussie.

Voyant la belle expansion de son fils, Jean-Guy part à la retraite : il lâche son sécateur et ne le reprendra plus jamais. Très vite, le pressoir du grand-père et les cuves se font trop petits. En 1993, Olivier fait place à un nouveau bâtiment, lové au coeur de ses vignes à Sacy. Il y abrite de nouvelles cuves ainsi qu’un pressoir agréé qualitatif de 4000 kg. C’est un tournant dans la carrière d’Olivier et pour lui un outil symbole de son indépendance, valeur fondamentale de sa vision du métier.

Puis en 1996, Olivier invite Aline à entrer pleinement dans les coulisses de l’exploitation : « On devrait travailler ensemble, cela te plaira. On fera notre propre vin. ». Il la convainc. Aline s’implique dans la relation client, elle s’attache à en découvrir la genèse. Tous deux tissent une confiance mutuelle forte et partagent les bons comme les mauvais moments de l’exploitation.

Deux heureux événements marquent leur parcours en qualité d’homme et de femme : la naissance en 1992 d’Agathe, leur première fille, puis de Diane deux ans plus tard.

Année après année, le vin devient un lien, un connecteur, un moyen de communication entre eux deux, ainsi qu’avec leurs filles Agathe et Diane.

Agathe se destine à l’olfactif avec un Master en Marketing Parfumerie et Cosmétique à l’ISIPCA. Elle développe Ajnalogie, un label olfactif innovant explorant le bien être à travers l’olfaction.

https://www.instagram.com/ajnalogie_paris/

Diane poursuit la voie de ses parents avec l’obtention d’un DNO, Diplôme National d’oenologue et s’apprête à étoffer ses connaissances dans les vignobles étrangers.

L’exploitation dévoile sans cesse de nouvelles cuvées et inscrit ses nouveaux visages : Aline, Olivier, aux côtés de la nouvelle génération incarnée par Agathe et Diane, sont désormais le Champagne Jacquinet-Dumez.